Avis, film Meltem de Basile Doganis

J'ai pu découvrir de jolis films récemment auxquels je ne m'attendais pas spécialement

Pour Meltem à la réalisation Basile Doganis, qui nous propose son premier long métrage.

L'histoire : Elena retourne dans sa maison natale en Grèce avec deux de ses amis. Elle va revivre de nombreux souvenirs et faire la connaissance d'un immigré. Elle ne reviendra pas idem de ce voyage.

Dans les premiers rôles on trouve : Daphne Patakia (jeune actrice Belge et oui encore !!!), vue dans Versailles, Interruption et que l'on retrouvera dans le film qui fait déjà beaucoup parler de lui avant même sa sortie Benedetta. Belle est l'est, envoûtante également. Un visage lisse sur lequel passe ses émotions de joie, de peine. Elle est Elena la protagoniste la plus grave.
A ses côtés 3 jeunes garçons et 2 hommes plus mûrs.

Rabah Naït Oufella, qui interprète l'amoureux transit (Nassim). Déjà remarqué dans Nocturama, Patients, L'Ascension. Ce touche à tout est très introverti dans Meltem. Il a pour ami Lamine Cissokho (Sekou) le comique du trio. Le rôle du migrant est joué par Karam Al Krafi qui va être une des personnes centrales du film.  

Sans oublier bien évidemment Akis Sakellariou et le talentueux Féodor Atkine.
Meltem n'a pas été choisi comme titre par hasard par le réalisateur. C'est à la fois le nom d'un vent du nord qui souffle en été entre la Grèce et la Turquie. Ce dernier est dangereux et imprévisible. C'est aussi un prénom Turc ancestral.
Ce qui devait être des vacances, va devenir la quête d'une mère perdue sans l'avoir revue, des souvenirs, des remords, des questionnements.

En parallèle on trouve l'immigration qui va être l'autre élément clé de ce long métrage.

Meltem aborde les sujets de l'identité, des liens humains, et de la mère présente avec celle d'Elena mais aussi avec celle d' Elyas le migrant qui a perdue d'une autre manière.

Tourné sur l'Ile de Lesbos en Grèce, et situé pour l'action en 2015 en pleine menace du Grexit, on peut croiser dans Meltem des mondes différents, avec des riches, des pauvres, mais aussi une crise économique et crise migratoire.

 Les paysages sont bien entendu magnifiques.
Ce film mélange les genres car parfois comique et d'autres moments plus tragiques. Le réalisateur le dit lui-même : 

"Meltem emprunte à la fois au drame familial, à la comédie romantique et au film de vacances, sur fond de crise politique, économique, migratoire – et identitaire. Et c’est aussi un film d’apprentissage dont les protagonistes finissent par entrer dans l’âge adulte non seulement à travers les aléas de l’amour, mais aussi par l’expérience de la perte et du deuil."

Ce film qui parle du deuil qu'il faut faire, qui traite de l'immigration fait souvent référence à l'eau. Que ce soit par l'Ile de Lesbos où est tourné le film , car elle est entourée de la mer Egée, ou par des plans ou Elena prend la forme du foetus.

Un beau premier long métrage prometteur.
MELTEM
Réalisé par Basile Doganis
Avec :  Daphné Patakia, Rabah Naït Ouffela, Lamine Cissokho, Karam Al Kafri, Akis Sakellariou, Féodor Atkine
Distribué par Jour2Fête
Genre : Drame
Nationalité : Français, grec
Durée : 1 h 27
En salle le 13 mars 2019

Synopsis

Un an après la mort de sa mère, Elena, jeune Française d'origine grecque, retourne dans sa maison de vacances sur l’île de Lesbos. Elle est accompagnée de ses amis Nassim et Sekou, deux jeunes banlieusards plus habitués aux bancs de la cité qu’aux plages paradisiaques. Mais les vacances sont perturbées par la rencontre avec Elyas, jeune Syrien réfugié depuis peu sur l’île, qui fait basculer le destin d’Elena et de ses amis.



 Crédits photos et vidéo : Copyright Elzevir Films - Jour2Fête


Pour mes différents réseaux sociaux cliquer sur les icônes :
Instagram Facebook Twitter Hellocoton Pinterest Google + Inspilia Linkedin Dernière mode

Share this:

, , , , , , ,

CONVERSATION

0 commentaires:

Publier un commentaire

Vous êtes passés me lire, laissez moi un petit mot - Merci