Cinéma, Le Déserteur de Maxime Giroux - Critique

Le Déserteur, qui sera en salle le 21 août prochain, est un film assez déstabilisant sur lequel il m'est difficile de m'exprimer car il m'a conquise par moments et complètement laissée dubitative l'instant d'après.

Réalisé par Maxime Giroux, un réalisateur peu commun, dont le dernier film était "Félix & Meira" en 2015, ne laisse pas indifférent. Sorti sous le titre de La Grande Noirceur au Québec, ce long métrage se situe dans une Amérique désertée.
Synopsis :

Quelque part dans le monde, une guerre fait rage. Terrifié à l’idée d’être mobilisé, Philippe a fui Montréal pour se réfugier dans un Ouest américain aussi sauvage qu’hypnotisant. Il vit tant bien que mal de concours d’imitation de Charlie Chaplin. Mais la cruauté de l’humanité ne se limite pas aux champs de bataille, et Philippe ne va pas tarder à découvrir la face obscure du rêve américain.
Le rôle phare est tenu par Martin Dubreuil, qui était déjà dans le dernier long métrage de Maxime Giroux. Il endosse l'habit de Philippe, mais surtout de Charlie Chaplin, personnage clé du Déserteur. Exceptionnel il l'est. Habité par son personnage également, et nous livre une prestation de Charlot dans le film qui est un joli instant. Tout le long des 90 minutes il trimbale sa frêle silhouette et va en prendre pour son grade.
Durant son périple il va rencontrer différents personnages dont Sarah Gadon (Helen). Belle, envoûtante, mais vénéneuse. Mieux vaut se méfier de ce genre de beauté.
On y voit aussi Reda Kateb (Hector) qui sait se fondre dans tous les rôles qu'il interprète.
Soko (Rosie) est surprenante dans son interprétation. Un rôle hostile qu'il fallait oser et elle l'a fait !!!
Et puis Romain Duris (Lester) un réel méchant, carrément sadique. Rarement on l'aura vu dans ce registre. Comme à l'ordinaire il est magistral même si sa prestation est courte.

Le film débute ainsi

"On veut tous aider les autres, l’être humain est comme ça : on veut se faire du bien, pas se faire du mal, dans ce monde y a de la place pour tout le monde »

Beaucoup de référence au Dictateur, En fait, si l'on analyse bien ce long métrage, c'est le message que veut faire passer le réalisateur tout au long du film mais il faut du temps, bien après la séance pour l'analyser et le découvrir. 

Des passages de la Bible sont souvent cités, chaque personnage y va de sa tirade. De plus, l'Amérique, du moins une certaine Amérique,  en prend pour son grade et le capitalisme est souvent suggéré.

Peu de dialogues pour ce film tourné très rapidement, presque dans l'urgence. Le déserteur est très intimiste. Ce long métrage est vraiment étrange, incongru, peu commun, et m'a laissée dubitative car je ne sais pas trop si je l'ai aimé ou pas. Dans la première partie je dirais oui, et sur la fin je suis plus réticente.  

Le réalisateur n'hésite pas à mélanger moderne et ancien. En effet, bien que l''histoire se situe bien avant notre siècle on peut entendre une chanson de de R.E.M. "Everybody Hurts" qui porte sur le désespoir et qui nous montre bien la détresse du personnage.
 
Par contre j'ai adoré l'esthétisme du film. Des paysages remarquables, une photographie de Sara Mishara exceptionnelle. Certains passages ne sont pas sans rappeler le style western.
 
Maxime Giroux laisse sciemment le choix au spectateur d'interpréter le film comme il l'entend. Il donne des codes mais à nous de les comprendre, ou pas.  

On ne sait jamais où situer l'action. Où est-on réellement ? A quelle période situer le film ? Tant de questions qui restent en suspens.....  Sommes-nous tout simplement dans l'imaginaire de Philippe ? Je me suis posée la question si certains personnages ne représentaient pas la culpabilité, la honte, etc... Tellement de questionnement pour ce film atypique.

Même quelques jours après l'avoir visionné, j'ai réellement du mal à dire ce que je ressens par rapport à ce long métrage, mes idées sont confuses et mes mots ne s'alignent pas comme j'aimerais car quelque part ce film est plein de métaphores qu'il faut analyser. Le déserteur est sans doute trop cérébral pour moi et ne se situe pas dans la catégorie de genre qui me touche réellement. Sans doute à revisionner avec du recul et dans un autre état d'esprit.

Certains vont adorer, d'autres non, je pense que le Déserteur s'adresse à une certaine catégorie de spectateurs. Vous viendrez me dire ce que vous en avez pensé ?
 
LE DESERTEUR
Titre original : La grande noirceur
Réalisé par Maxime Giroux
Avec : Martin Dubreuil, Romain Duris, Sarah Gadon, Reda Kateb, Cody Fern, Soko, Buddy Duress, Luzer Twersky
Distribué par Ligne 7
Genre : Drame, Thriller
Nationalité : Canadien
Durée : 1 h 34
En salle le 21 août 2019



.



Crédits photos et vidéo : Ligne 7



Pour mes différents réseaux sociaux cliquer sur les icônes :
Instagram Facebook Twitter Hellocoton Pinterest Google + Inspilia Linkedin Dernière mode

Share this:

, , , , , , , ,

CONVERSATION

0 commentaires:

Publier un commentaire

Vous êtes passés me lire, laissez moi un petit mot - Merci