Cinéma, Nous le peuple de Claudine Bories et Patrice Chagnard - Critique

Nous le peuple, en salle le 18 septembre 2019, est un documentaire de Claudine Bories et Patrice Chagnard. Ces derniers ont déjà collaboré ensemble pour "Les règles du jeu", "Les arrivants". Ce film est en fait le troisième volet d'un état des lieux de la France.

Synopsis :

Ils s’appellent Fanta, Joffrey, Soumeya… Ils sont en prison, au lycée, au travail.
Ils ne se connaissent pas et communiquent par messages vidéo.
Ils ont en commun le projet un peu fou d’écrire une nouvelle Constitution.
Pendant près d’un an ils vont partager le bonheur et la difficulté de réfléchir ensemble.
Ils vont redécouvrir le sens du mot politique. Ils vont imaginer d’autres règles du jeu.
Cette aventure va les conduire jusqu’à l’Assemblée Nationale. 
Au niveau des comédiens ce sont des inconnus, au sens large du terme, des gens du peuple, qui sont les protagonistes de ce long métrage. Ils ne jouent pas, ils sont les êtres que nous sommes, que nous croisons tous les jours dans rue. Alors que les gilets jaunes reprennent leur lutte chaque semaine depuis des mois, ce sont des gens qui espèrent obtenir quelque chose en se battant avec des mots, des actes qu'ils voudraient savoir reconnus et avoir enfin un droit à la  parole. Ils veulent aller vers la politique, puisque celle-ci ne vient pas à eux et leurs problèmes du quotidien.
Pour vous introduire le film quoi de mieux que la note d'intention des réalisateurs :

"Nous le peuple a été tourné entre janvier et juillet 2018.A cette époque il était bien peu question en france d’une crise de la démocratie. La représentativité des élus, la place donnée au peuple dans les prises de décision politiques, ces questions que nous souhaitions aborder dans notre film n’intéressaient pas grand monde. Dans le même temps l’Assemblée nationale examinait la réforme de la constitution voulue par Emmanuel Macron. 

Quelques jours après la fin de notre tournage le gouvernement était contraint de suspendre l’examen de sa réforme constitutionnelle.et deux mois plus tard le mouvement des gilets jaunes commençait. De façon totalement inattendue nous nous retrouvions avec notre propos en pleine actualité. 

Dès le départ nous avons voulu faire un film sur la crise de la démocratie. un film concret. mettre en scène celles et ceux qui ne votent pas. chercher à comprendre pourquoi ils s’abstiennent. est-ce seulement parce qu’ils n’ont plus confiance dans la parole des politiques? Parce qu’ils ne croient plus à rien? Parce qu’ils pensent qu’ils comptent pour rien ? filmer les oubliés de la république qui à leur tour oublient la république... 

Plus tard, lors de repérages au sein d’ateliers menés par l’association d’éducation populaire « Les Lucioles du Doc », nous avons trouvé les lieux et les personnages. nous avons trouvé un dispositif, une histoire et comment la raconter.  

Ce serait un film sur la parole, une parole retrouvée. cette parole retrouvée, c’est la parole politique que nos personnages redécouvrent et qu’ils se réapproprient, à partir de laquelle ils vont pouvoir dire «nous» et ainsi se constituer en peuple. 

Pendant sept mois nous avons filmé les trois groupes qui composaient ces ateliers. nous avons filmé celles et ceux qui s’attelaient à ce projet auquel ils n’étaient pas préparés et qui les dépassait totalement : réécrire la constitution française.

Nous avons filmé la façon dont ils ont finalement réussi, en dépit de tous les obstacles, à rencontrer quelques députés de la commission des lois, ceux qui justement travaillent à la réforme constitutionnelle. 

Car l’autre propos du film c’est le rapport de ces citoyens avec les représentants de la république. Dès le départ leur but était de porter leurs propositions à la connaissance de la commission des lois. en intégrant au montage quelques séquences clefs de débats dans l’hémicycle, nous avons voulu mettre en scène le fossé qui les sépare des députés et donner ainsi tout son poids à leur rencontre finale".
Ce documentaire c'est comme un débat entre des des personnages qui se réunissent pour faire avancer notre patrie. Bien souvent leurs idées sont plus que crédibles et feraient avancer la vie de chaque concitoyen, voir la faire progresser. Des gens lucides, intelligents, fraternels et étonnants.

La France est en crise c'est certain. Ces personnages ont des choses à dire et au travers de ce documentaire cherche à faire connaître leurs opinions à nos politiques. Qu'ils soient en prison, au chômage, de banlieues défavorisées, ils ont tous des idées à faire passer.

Des gens intéressants, avec des opinions, il y en a à chaque coin de rue, et il faudrait les écouter. Ce film est très politique mais plein d'humanisme. Unis nous sommes plus forts et c'est que démontre nous le peuple, surtout lorsque l'on accepte de nous entendre.

Ce film est un appel au gouvernement, à la France, car chaque citoyen veut être écouté. L'Etat ne peut pas se passer de ce que les humains ont à dire.

NOUS LE PEUPLE
Réalisé par Claudine Bories et Patrice Chagnard
Avec le peuple comme :
des hommes détenus à la maison d’arrêt de Fleury Mérogis
des femmes de l’association Femmes solidaires à Villeneuve Saint Georges
des lycéens de 1ère ES à Sarcelles
les députés Ugo Bernalicis et Danièle Obono, Erwan Balanant, Elsa Faucillon et Philippe Gosselin
Les ateliers d’écriture ont été conçus collectivement par l’association d’éducation populaire Les Lucioles du Doc.
Ils sont animés par Léa Aurenty et Jonathan Vaudey accompagnés d’Ulysse Mathieu
Distribué par Epicentre Films
Genre : Documentaire
Nationalité : Français
Durée : 1 h 39
En salle le 18 septembre 2019






Crédits photos et vidéo : Epicentre Films 

 #nouslepeuple

Pour mes différents réseaux sociaux cliquer sur les icônes :
Instagram Facebook Twitter Hellocoton Pinterest Google + Inspilia Linkedin Dernière mode














Share this:

, , , , , , , , , , , , ,

CONVERSATION

0 commentaires:

Publier un commentaire

Vous êtes passés me lire, laissez moi un petit mot - Merci