Cinéma, Vivarium - Critique

Vivarium est un film difficilement classable. Entre science-fiction, thriller psychologique, étrange, horreur, car c'est bien ce sentiment que vont ressentir les deux protagonistes du film réalisé par Locan Finnegan. Ce dernier n'a pas son pareil pour nous troubler et nous mener vers une histoire spéciale, à la limite "tordue", car il faut une imagination débordante pour avoir pensé à un tel scénario auquel on adhère... ou pas !!!

Ce dernier avait déjà abordé ce sujet dans le court-métrage "Foxes" et a proposé un long métrage "Without name", non sorti sur les écrans.


Synopsis :

A la recherche de leu première maison, un jeune couple effectue une visite en compagnie d'un mystérieux agent immobilier et se retrouve pris au piège dans un étrange lotissement.


Les acteurs principaux sont Jesse Eisenberg et Imogen Poots. Ces derniers se connaissent bien pour avoir déjà tourné ensemble dans "The Art of self-defense" ainsi que dans "Solitary Man".

Tous deux sont fort crédibles dans le rôle de Tom et Gemma. Imogen Poots est lumineuse et apporte un peu de chaleur au couple. Quant à Jesse Eisenberg, on le voit ici dans un rôle inattendu
Ce vivarium humain, car ordinairement réservé aux animaux, est quelque part une satyre sur la société, voulue par le réalisateur.

Ce dernier avoue d'ailleurs

"Devenir propriétaire n’est une aubaine que lorsqu’on se croit dans un conte de fées. Les publicités insidieuses vous promettent une «vie idéale», une version fantasmée de la réalité à laquelle nous finissons par aspirer. Elle devient presque l’appât d’un piège dans lequel nombreux d’entre nous sont tombés. Une fois pris au piège, nous travaillons toute notre vie pour payer nos dettes.Ce contrat social est un accord étrange et tacite qui nous attire tels des aimants à lui. Des zones naturelles sont détruites pour laisser place à des rangées de maisons identiques, les véritables labyrinthes d’une société uniforme et morose.Nous dégustons avec ignorance des aliments transformés, emballés dans du plastique. 

Les médias sont en compétition avec les parents d'aujourd'hui pour insuffler toujours plus d'idées saugrenues aux enfants. Le rêve de posséder une maison virera bientôt au cauchemar. C'est le consumérisme qui nous consume, pas l'inverse. Vivarium est né à la suite de tous ces constats. Le choix du fantastique est une moyen de les amplifier, de les mettre en exergue. C'est un conte à la fois surréaliste et tordu, à la fois sombre, ironiquement drôle, triste et effrayant".
  
Quand on lit ce que dit Lorcan Finnegan, je suis complètement d'accord avec lui et il résume parfaitement ce long métrage. Il se moque clairement du système. 
 
Il avoue également que pour le décor du lotissement il s'est clairement inspiré de Magritte. Il désirait un certain conformiste il y arrive sans problème. La perte de repères est évidente.

Vivarium est aussi bien déroutant que captivant. Il est vrai que dès que le jeune couple entre dans l'agence pour se renseigner pour une maison, on comprend par l'aspect et l'attitude de l'agent immobilier que quelque chose se trame. L'ambiance encore bon enfant dans leur voiture avec une musique de La Griffe laisse penser qu'en fait tout ne va peut être pas mal aller. 

Dès lors que l'on entre dans le lotissement "Yonder", l'ambiance devient pesante. Des maisons et des rues qui se ressemblent toutes, des nuages aux formes identiques, aucun autre être à l'horizon font que vite, les deux jeunes gens vont se retrouver enfermés dans ce qu'il y a peut être de pire. L'arrivée d'un enfant, sans vouloir spoiler la suite, leur rendra la vie impossible.
 
La tension monte crescendo. Le couple uni, va petit à petit s'éloigner, puis se rapprocher à nouveau comme lors de la scène où ils dansent dans la rue mais cet univers pesant, ainsi que cet enfant grandissant, n'aura t'il pas un effet néfaste sur leur complicité finalement ?

Pour Tom ce vivarium va rapidement se transformer en terrarium car celui -ci n'aura de cesse de creuser espérant trouver une issue, ou quelque chose qui les ramènera à la vraie vie.

Dans ce dédale de maisons, de rues sans âme, on les suit sans vraiment savoir ce qui nous retient également à visionner Vivarium, car les scènes sont assez répétitives. Tom et Gemma se lèvent, Tom et Gemma se lavent les dents, Tom et Gemma s'alimentent de produits immondes et sous-vide, Tom et Gemma doivent s'occuper de cet enfant qui n'est pas le leur, Tom et Gemma vont se coucher, Tom et Gemma survivent ont ne sait pas trop pourquoi.

Cette uniformité, cet isolement est insupportable, tout comme l'était la vie de Bill Muray dans "Un jour sans fin" qui m'est venu à l'esprit durant la projection de Vivarium, mais dans un tout autre genre.

La fin va aller crescendo et on va quelque peu se perdre dans les méandres des dessous de cette cité sans âme pendant la fuite de Gemma. Chacun ira de son interprétation lors d'un des moments clés vers la fin.

Il n'est pas étonnant de retrouver comme distributeur de ce film The Jokers qui propose toujours des films qui sortent de l'ordinaire : pour rappel ces derniers mois le très célèbre "Parasite". Des choix audacieux et souvent salués par la critique où lors de festivals. A noter que Vivarium a déjà reçu de nombreuses nominations et prix.

Le réalisateur va peut être passer aux yeux de certains pour quelqu'un d'insolent car il montre l'absurdité des gens qui dans un ordre aléatoire, se marient, font l'acquisition d'un bien et ont un ou plusieurs enfants. 

Dans le cas présent, ils se marièrent, ne furent pas heureux et n'eurent pas beaucoup d'enfants. La vie n'est pas toujours un conte de fées....

VIVARIUM
Réalisé par Locan Finnegan
Avec : Jesse Eisenberg, Imogen Poots, Jonathan Aris, Eanna Hardwicke
Distribué par The Jokers - Les Bookmakers
Genre : Science-fiction
Origine : Irlande, Belgique, Danemark
Durée : 1 h 37
En salle le 11 mars 2020









BONUS

C'est durant la soirée d'avant-première, organisée par le Club Jokers, que j'ai pu découvrir ce film et une rencontre avait lieu avec le réalisateur et l'acteur Jesse Eisenberg, où ceux-ci nous ont parlé de ce long métrage. Je vous propose de découvrir quelques photos


*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*


Crédits photos et vidéo :  The Jokers - Autres *Dame Skarlette


#vivarium
#clubjokers

Pour mes différents réseaux sociaux cliquer sur les icônes :

Share this:

, , , , ,

CONVERSATION

0 commentaires:

Publier un commentaire

Vous êtes passés me lire, laissez moi un petit mot - Merci