Cinéma, La Bonne épouse - Critique

Quelle sympathique idée de la part de Martin Provost que de nous proposer "La bonne épouse" en salle le 11 mars prochain avec des moments jubilatoires.

Le réalisateur de "Séraphine", "Où va la nuit", "Sage femme", nous livre une comédie qui se déroule dans les années 68 au moment la libération et l'émancipation de la femme.
Synopsis :

Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck dans son école ménagère. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Est-ce le retour de son premier amour ou le vent de liberté de mai 68 ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ?

Paulette est interprétée par la fabuleuse Juliette Binoche, tellement convaincante dans ce rôle de femme à la tête d'un établissement où règne la discipline, la soumission de la femme corvéable à merci. Elle enseigne tout cela à ses élèves jusqu'à ce que sa vie et ses convictions vacillent.

Dans son tailleur strict rose, elle est parfaite et tellement drôle.
Sa belle-soeur Gilberte, n'est autre que l'incroyable Yolande Moreau. Cette actrice est tellement invraisemblable. Déjà dans le film Séraphine, et où va la nuit, en vieille fille qui obéit à son frère, mais aussi à sa belle-soeur elle est exceptionnelle une fois de plus.
Méconnaissable, Noémie Lvovsky dans le rôle de Marie-Thérèse, est aussi surprenante. J'avoue avoir eu du mal à la reconnaître au début du film. Un rôle où elle se glisse avec une grande facilité comme toute superbe actrice qu'elle est.
Côté acteurs, on peut citer François Berléand, qui même si il a un rôle très court, est fidèle à lui-même et sous ses airs pince sans rire est toujours juste.

Le second homme de "La bonne épouse" est Edouard Baer, dans un rôle où on ne l'attend pas forcément. Il ne nous déçoit pas en homme plus libéré que les autres. Charmeur il l'est, et comment résister à son allure, son éloquence et sa manière de considérer la femme ?
Ce film décrit bien les années 60 et nous montre ce qu'était une école ménagère. Impossible de croire qu'un tel endroit aurait pu exister de nos jours !!! Devenir de parfaites femmes et mères de famille, subir et se taire. 

Parmi les élèves ont entrevoit déjà des jeunes filles s'élever contre ce système. Malgré l'enseignement qu'inculte Paulette à "ses filles", quand on la voit avec son mari on se demande tout de même qui porte la culotte !!!! Elle a reçu une éducation qu'elle tente de transmettre mais y croit elle encore ?

Les dialogues sont ciselés, un excellent rythme, le fait d'avoir fait le choix de la région de l'Alsace avec ses montagnes environnantes, région qui a souffert de la guerre et l'après guerre, est un excellent choix. Les musiques également comme celle d'Adamo, Joe Dassin, nous plongent direct dans l'époque.

Mention spéciale à la scène où Armelle vient remettre un prix à l'école. Un pur moment, même court, de facétie.
Ce long métrage qui aborde l'émancipation féminine est vraiment drôle. On y voit la condition des femmes de l'époque qui va évoluer petit à petit.

Les 7 piliers, qui devraient faire des jeunes femmes, la perle des ménagères, vont voler en éclat pour notre plus grand plaisir.

Parfaitement d'actualité à l'heure où les femmes se révoltent toujours, la bonne épouse nous offre un final non prévisible, que j'avoue j'aurais préféré différent, seul bémol que j'aurais à émettre.

Un film engagé, intelligent, tout en restant sur le ton de la comédie. 50 ans seulement nous séparent de ce que vivaient les femmes. Les choses ont tout de même évoluées.

Même si à l'heure actuelle la situation actuelle fait que l'on va moins au cinéma, si vous décidez tout de même de vous y rendre, ne ratez pas la Bonne Epouse, qui vous distraira et vous en ressortirez revigorés.
LA BONNE EPOUSE
Réalisé par Martin Provost
Avec : Juliette Binoche, Yolande Moreau, Noémie Lvovsky, Edouard Baer, François Berléand, Marie Zabukovec, Anamaria Vartolomei, Lily Taïeb, Pauline Briand, Armelle
Distribué par Memento Films Distribution
Genre : Comédie
Origine : France
Durée : 1 h 49
En salle le 11 mars 2020










Crédits photos et vidéo : Memento Films Distribution - ® Carole Bethuel - Les films du Kiosque


Pour mes différents réseaux sociaux cliquer sur les icônes :

Share this:

, , , , ,

CONVERSATION

0 commentaires:

Publier un commentaire

Vous êtes passés me lire, laissez moi un petit mot - Merci