Palace de Jean-Michel Ribes au Théâtre de Paris

 *

Palace la série culte des années fin 1980 début 1990, créée par Jean-Michel Ribes, se joue au Théâtre de Paris depuis le 18 septembre 2019, lieu même où ont lieu les Victoires de la Beauté.

Une bio pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas :

Palace naquit sur Canal+ en 1988. La série était composée de six épisodes de 75 minutes. Dès 1990 elle fut diffusée sur Antenne 2 en format de 52 minutes puis repris par un grand nombre de chaînes pendant trente ans. Sa popularité était telle qu’une de ses séquences phares fut adaptée pour une publicité de l’assurance Maaf qui devint la préférée des Français pendant treize ans. Cette percée de non-sens où l’audace joyeuse pimentait chaque séquence d’un humour décalé avait été précédée 5 ans plus tôt par l’émission « Merci Bernard » magazine fondu et déchaîné, entré par effraction dans les programmes de FR3.

Le succès immédiat de Merci Bernard dont la liberté de ton et l’insolence de la drôlerie dynamita la rigolade molle et les blagues consensuelles des émissions de divertissement de l’époque, les téléspectateurs ne correspondant plus à l’image figée qu’en avait fixé le fameux audimat (ménagère de 50 ans etc…). Un public jeune et moins jeune se montrait assoiffé de nouveauté et d’un rire qui correspondait à l’air du temps.

C’est sans doute ce constat qui décida en 1986 Christian Fechner, célèbre producteur de films à succès, d’appeler Jean-Michel Ribes pour évoquer avec lui son projet d’émission comique à grand spectacle, dans la lignée des shows à l’américaine, totalement absent des chaînes de télévision française. Après un long entretien fécond, il fut décidé au contraire de Merci Bernard qui s’éparpillait dans divers endroits, de concentrer la série dans un lieu unique, un lieu qui fasse rêver. Jean-Michel Ribes proposa l’idée d’un grand hôtel de luxe où le monde entier et ses absurdités pouvait y apporter sa folie. Christian Fechner en accepta aussitôt le principe et commanda l’écriture. Palace était né
Ne changeant pas une équipe qui gagne, Jean-Michel Ribes réunit les principaux auteurs de Merci Bernard à savoir Roland Topor, Jean-Marie Gourio, Gébé, François Rollin etc, … George Wolinski et le dessinateur Willem, vinrent aussi rejoindre l’équipe. L’écriture dura six mois. À l’instar de Merci Bernard dont la diffusion se pérennisait sur diverses chaînes, Jean-Michel Ribes demanda qu’on ne fasse jamais la satire de l’actualité qui rendrait l’émission très rapidement obsolète.

La structure de Palace se composerait de séquences libres se déroulant dans les divers lieux de l’hôtel reliées entre elles par des personnages récurrents tels le directeur, le concierge, un groom, le maître d’hôtel, Lady Palace et des clients habitués. Cette approche permettrait sans enlever la vivacité de séquences brèves s’enchaînant les unes aux autres d’éviter la succession de sketches sans cohérence, et de raconter à chaque épisode l’histoire du Palace. Il fut décidé «de rythmer» le tout par des jingles dansés par le personnel de l’hôtel.
Christian Fechner fidèle à l’ambition du projet racheta le studio de Boulogne pour le réaliser. Un décor imaginé par le scénographe Patrick Dutertre fut construit sur plus de deux mille mètres carrés. La chorégraphie tonique et rigolote fut confiée à Jean Moussy, Germinal Tenas composa la musique, Jean-Michel Ribes qui participa activement à l’écriture réalisa l’émission.

Très vite un grand nombre de comédiens célèbres ou non acceptèrent avec enthousiasme de faire partie de l’aventure, parmi lesquels : Jacqueline Maillan, André Dussollier, Pierre Arditi, Carole Laure, Jean Yanne, Jean Carmet, Claude Pieplu, Sylvie Joly, Philippe Khorsand, Michel Blanc, Christian Clavier etc, … mais aussi de nombreux acteurs débutants dont Palace allait révéler le talent, tels : Valérie Lemercier (Lady Palace), François Morel (Alfred le groom), Marcel Philippot (le client râleur) et bien d’autres encore. Le soutien inconditionnel de Pierre Lescure, Directeur général de Canal+, fut déterminant pour la mise en vie du projet.

Le succès, aussi bien public que médiatique, de ce programme joyeusement iconoclaste, fut rapide. L’adhésion d’un public immense fit qu’à chaque fois qu’elle évoquait Merci Bernard ou Palace, la presse les intitulait : « émissions cultes ». De nombreux clubs Palace furent crées dans des villes de province où les adhérents se réunissaient chaque semaine pour rejouer entre eux tout ou partie d’un épisode. Enfin, paradoxale cerise sur le gâteau, la série Palace fut immédiatement achetée par la Russie, dès la chute du Mur de Berlin, … sans doute privée trop longtemps d’un humour libre et délirant.

Devant cet accueil chaleureux, une deuxième série de six épisodes fut commandée par Christian Fechner à Jean-Michel Ribes, et aussitôt écrite. Mais à l’instant d’en préparer le tournage, le président d’Antenne 2, Claude Contamine démissionna, et l’accord de co-production fut suspendu à l’arrivée de son successeur qui, pour des raisons inconnues, n’apparut que six mois plus tard. Avec un courage et une générosité qui témoignaient de son attachement à Palace, Christian Fechner conserva le décor intact dans les studios de Boulogne pendant plus de quatre mois sans qu’on puisse y tourner. On devine le manque à gagner. Au cinquième mois n’ayant toujours aucune réponse d’Antenne 2, il jeta l’éponge et le décor fut détruit. Un mois plus tard, ayant un nouveau dirigeant à sa tête, la chaîne réclama la poursuite de Palace … trop tard !

Encore aujourd’hui il n’est pas une interview que fasse Jean-Michel Ribes sans que le journaliste n’évoque Palace et lui demande s’il y a une possibilité qu’une suite soit à nouveau diffusée, de même nombre de passants l’interpellent dans la rue pour lui dire la joie que leur a procuré la série.

La renommée de Palace dépassa les frontières hexagonales, Espagne, Italie, Afrique et surtout New-York où il y a quatre ans, un directeur de théâtre et un producteur contactèrent Jean-Michel Ribes, pour envisager l’adaptation de la série sur une scène de Broadway. Il aurait fallu pour lui une présence de sept mois aux États-Unis, ce qui était totalement incompatible avec sa direction du Théâtre du Rond-Point à Paris. Ce projet fut abandonné, mais pas l’idée. D’autant qu’un de ses amis lui suggéra que Palace sur scène serait aussi fou que les Monty Pithon au Lido, tout le monde en aurait envie. Jean-Michel Ribes parla à Richard Caillat qui décida aussi vite que l’avait fait Christian Fechner, de produire Palace cette fois dans son théâtre.

La philosophe du spectacle, Catherine Clément n’avait-elle pas déclaré lors d’une interview : «Palace est la preuve que le Théâtre peut fonctionner à la télévision quand il est insolite et joyeux !»
Retour aux sources donc !
Palace est désormais sur scène, et sur celle du Théâtre de Paris. Cet incontournable lieu, qui a connu de nombreux noms avant de s'appeler ainsi, a vu de grands artistes défiler sur les planches comme Alain Delon, Romy Schneider, Jean-Paul Belmondo, Gérard Depardieu, Bernard Giraudeau, etc...

Depuis 2003, le comédien et metteur en scène Stéphane Hillel est appelé à la tête du Théâtre de Paris par le nouveau propriétaire. Dès lors, le lieu connaît un nouvel essor avec l’arrivée de nouvelles créations (Shirley et Dino, Amadeus…), lesquelles viennent s’ajouter à une programmation classique (Feydeau, Molière, Pinter…).
C’est ainsi, que, depuis plus de dix ans, le Théâtre de Paris est devenu une scène majeure du paysage culturel français.

La saison 2013/2014 fut marquée par le début d’une nouvelle vie pour le Théâtre de Paris. En janvier 2013, le Théâtre est racheté par la société vente-privée.com fondée par Jacques-Antoine Granjon, associé à l’homme d’affaires et producteur Richard Caillat et à Stéphane Hillel.

Avec une programmation ambitieuse et prestigieuse, Et bien sûr les plus grands artistes. L’histoire continue, encore plus belle
PALACE
Mise en scène Jean-Michel Ribes
Adaptation Jean-Marie Gourio et Jean-Michel Ribes
Distribution : Salim Bagayoko, Joséphine de Meaux, Salomé Dienis-Meulien,Mikaël Halimi, Magali Lange, Jocelyn Laurent, Philippe Magnan, Karina Marimon, Gwendal Marimoutou, Coline Omasson, Thibaut Orsoni, Simon Parmentier, Christian Pereira, Alexie Ribes, Rodolphe Sand, Emmanuelle Seguin, Anne-Elodie Sorlin, Alexandra Trovato, Eric Verdin, Philippe Vieux, Ben Akl, Armelle Gerbault
Décors : Patrick Dutertre
Musique : Germinal Tenas
Arrangements : Gilles Tinayre
Chorégraphie Stéphane Jarny
Costumes : Juliette Chanaud et Patrick Dutertre
Lumières : Laurent Béal
Assistante à la mise en scène : Virginie Ferrere
Son : Virgile Hilaire
Maquillages et coiffures : Maurine Baldassari
15, rue Blanche
75009 PARIS

Depuis le 18 septembre 2019 et jusqu'au 24 novembre 2019
Du mardi au samedi à 20h30
Le dimanche à 15h30 

Tarifs

Carré Or : 73€
Catégorie 1 : 58€
Catégorie 2 : 48€
Catégorie 3 : 38€
Catégorie 4 : 28€

"Ni souvenirs, ni nostalgie, simplement l’envie de laisser s’échapper sur scène la folie, le rire et l’émotion de ce Palace qui ne m’a jamais quitté, tout comme ceux avec qui je l’ai inventé." Jean-Michel Ribes
Une véritable percée de non-sens à l’audace joyeuse !

 *
Vu alors que le spectacle a commencé depuis plus d'un mois. Les décors, les costumes sont fabuleux. On retrouve la patte de l'auteur qui essaie de mettre au goût du jour Palace avec des évènements d'aujourd'hui. Les amateurs de la série seront ravis, pour les autres il faudra comprendre l'humour noir de Jean-Michel Ribes et ne pas s'en offusquer. Les moments chantés et dansés viennent agrémenter l'ensemble. 



Crédits photos : Théâtre de Paris officiel - Jean-Miche Ribes - *Autres Dame Skarlette


Pour mes différents réseaux sociaux cliquer sur les icônes :
Instagram Facebook Twitter Hellocoton Pinterest Google + Inspilia Linkedin Dernière mode

Share this:

, , , , , , ,

CONVERSATION

0 commentaires:

Publier un commentaire

Vous êtes passés me lire, laissez moi un petit mot - Merci