Sorties cinématographiques : j'ai perdu mon corps, adults in the room


Je vous parle très souvent cinéma et pourtant je n'ai pas le temps de me rendre à toutes les projections auxquelles je suis invitée.

Je dois parfois faire l'impasse sur certaines, mais je tiens à vous présenter deux films qui seront en salle la semaine prochaine, mercredi 6 novembre.

J'AI PERDU MON CORPS


Ce film, pour qui les critiques s'emballent, n'est pas un long métrage comme les autres.

C’est en 2011 que Marc du Pontavice découvre et acquiert les droits de Happy Hand, le livre de Guillaume Laurant, scénariste de nombreux films notamment "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain"  de Jean-Pierre Jeunet. Marc du Pontavice vient d’obtenir un beau succès en produisant "Gainsbourg, vie Héroïque" de Joann Sfar et décide de se lancer dans l’aventure du film d’animation pour adulte.

Mais le projet va rapidement se révéler une (longue) course d’obstacles. Tout d’abord le sujet lui-même fait peur (l’histoire d’une main tranchée). Ensuite, le film qui navigue entre le thriller et la comédie en passant par une histoire d’amour crée un mélange des genres qui lui confère une audace qui peut dérouter certains.

 © 2019 - Xilam Animation - Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma

Pour couronner le tout, à l’inverse des films d’animation pour adultes qui ont souvent comme contexte la guerre ("Valse avec Bachir", "Persepolis) ce film s’ancre dans le quotidien et l’intime, ce que rarement un film d’animation occidental n’avait fait jusque-là. Seul le Japon se risque à produire et investir ce genre de cinéma (Kon Satoshi avec Tokyo God Father par exemple).

Marc du Pontavice décide néanmoins de se lancer dans la production du film et recherche un réalisateur plutôt issu du court-métrage, plus libre dans son ton.

Il découvre alors le cinéaste Jérémy Clapin qui en 2008 a sorti son second court-métrage "Skhizen" . Le film, nommé aux César, a fait le tour du monde des festivals y obtenant plus de 90 prix, phénomène assez rare pour un court-métrage. 

Les thématiques liées au corps et la sensibilité du cinéma de Jérémy Clapin résonnent à l’évidence avec celles du livre.

Commence alors une aventure qui va durer 8 ans et qui s’accomplira aussi avec la rencontre de Dan Levy, fondateur du groupe The Dø , qui compose la musique du film.

Le film a déjà reçu le Grand Prix de la Semaine Internationale de la Critique au Festival de Cannes 2019, le Grand Prix et le Prix du Public au Festival d'Annecy 2019
© 2019 - Xilam Animation - Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma

J'ai perdu mon corps
Réalisé par  Jérémy Clapin
Produit par Marc Du Pontavice 
Avec : Hakim Faris, Victoire Du Bois, Patrick d’Assumçao, Bellamine Abdelmalek
Distribué par Rezo Films
Genre : Animation
Nationalité : Français
Durée : 1 h 21
En salle le 6 novembre 2019

Synopsis :

A Paris, Naoufel tombe amoureux de Gabrielle. Un peu plus loin dans la ville , une main coupée s’échappe d’un labo, bien décidée à retrouver son corps. S’engage alors une cavale vertigineuse à travers la ville, semée d’embûches, et des souvenirs de sa vie jusqu’au terrible accident. Naoufel, la main, Gabrielle, tous trois retrouveront, d’une façon poétique et inattendue, le fil de leur histoire...





Crédit vidéo : Rezo Films

*********

ADULTS IN THE ROOM


Un film de Costa Gravas est toujours un évènement. Ce long métrage est inspiré d'une histoire vraie, d'après le livre « Adults in the room » de Yanis Varoufakis. 

 © kg productions

Je cite Costa Gravas pour l'idée de réaliser ce film :

"L'idée du film est venue en épiloguant sur la crise économique grecque plus de dix ans après son déclenchement en 2008, on semble avoir oublié que les responsables de cette crise sont les gouvernements qui ont dirigé ce pays pendant près de 30 ans, la Nouvelle démocratie (droite) et le Pasok (socialiste). Ils ont laissé se développer, par incompétence et/ou par esprit de clientélisme, une colossale dette de 320 milliards.

Une dette impossible à rembourser. Pendant ce temps, la France et l'Allemagne vendaient sans état d'âme leurs produits, automobiles ou autres, et plus particulièrement ceux de de leur industrie de guerre, à un pays qu'ils savaient surendetté. Quant à la Commission Européenne, elle laissait faire.

En 2015, Michèle produit un film à la Salonique en pleine crise de la fermeture des banques grecques. C'est alors qu'elle m'envoie le 14 juillet une interview de Yanis Varoufakis dans le New Statesman avec un commentaire lapidaire "Il y a là un film".

Dès le début du déclenchement de la crise, j'avais senti que le pays entrait dans un long drame, comme il en a tant connu depuis son existence comme État-Nation en 1821. L'idée d'un film est donc née dès que j'ai pris conscience du piège d'appauvrissement et d'impuissance dans lequel était prise la majorité du peuple grec." 

Une fois encore un film politique, un film engagé comme sait le faire ce réalisateur.
© kg productions

ADULTS IN THE ROOM
Réalisé par Costa Gravas
Avec : Christos Loulis, Alexandros Bourdoumis, Ulrich Tukur, Daan Schuurmans, Josiane Pinson, Cornélius Obonya, George Lenz, Aurélien Recoint et la participation amicale de Valéria Golino
Distribué par Wild Bunch Distribution
Genre : Drame
Nationalité : France, Grec
Durée : 2 h 07
En salle le 6 novembre 2019

Synopsis

Après 7 années de crise, le pays est au bord du gouffre. 
Des élections, un souffle nouveau et deux hommes qui vont incarner l'espoir de sauver leur pays de l'emprise qu'il subit.
Nommé par Alexis, Yanis va mener un combat sans merci dans les coulisses occultes et entre les portes closes du pouvoir européen.
Là où l'arbitraire de l'austérité imposée prime sur l'humanité et la compassion.
Là où vont se mettre en place des moyens de pression pour diviser les deux hommes
Là où se joue la destinée de leur peuple 
Une tragédie grecque des temps modernes


Crédit vidéo : Wild Bunch Distribution

#jaiperdumoncorps
#adultsintheroom

Pour mes différents réseaux sociaux cliquer sur les icônes :
Instagram Facebook Twitter Hellocoton Pinterest Google + Inspilia Linkedin Dernière mode

Share this:

, , , , , , , ,

CONVERSATION

0 commentaires:

Publier un commentaire

Vous êtes passés me lire, laissez moi un petit mot - Merci